Motion contre la hiérarchisation des citoyens et des territoires

L'Association des Maires Ruraux de France a adopté, lors de son Assemblée générale du 19 mars dernier, trois motions importantes. C'est avec son aimable autorisation que nous reproduisons ici celle contre la hiérarchisation des citoyens et des territoires.

 

Les maires ruraux de France, réunis en Assemblée générale à Lyon, dénoncent l’idéologie urbaine que portent l’administration et une partie du champ politique et médiatique. La conséquence en est la définition de politiques publiques qui se font souvent au détriment de la recherche d’équilibre entre les territoires.

 La loi de  janvier 2014 de modernisation de l'action  publique territoriale et d'affirmation des métropoles («MAPTAM») et la loi d’août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République («NOTRe») diffusent, ensemble, l’idée d’une hiérarchisation entre collectivités suivant le crédo «plus c’est gros, mieux c’est».

 

Les 15 métropoles (Paris, Aix-Marseille-Provence, Lyon, Bordeaux, Brest, Grenoble, Lille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse) se verront rejoindre par 7 autres portant à 22 métropoles en 2018 (loi relative au statut de Paris donnant la possibilité à: Dijon, Orléans, Saint-Étienne, Toulon, Clermont-Ferrand, Metz et Tours de bénéficier de ce statut).

Ce modèle de développement de notre pays lui est préjudiciable. Que penser des autres villes qui s’autoproclament «métropole» sans en avoir les caractéristiques objectives et légales ?

 La création de métropoles ne peut être la réponse unique aux problématiques d’organisation territoriale et d’occupation de l’espace. L’essentiel du territoire géographique  métropolitain et ultramarin est rural. Il ne peut pas être considéré plus longtemps comme de simples interstices séparant les métropoles.

 

 Il doit être vu pour ce qu’il est, un archipel de pôles de développement à accompagner en propre, au sein de départements consolidés dans leur rôle d’aménagement du territoire. Leur délaissement, malgré des dispositions pensées uniquement comme correcteurs, est un pari fou que prend notre pays par le développement prioritaire des pôles urbains en laissant croire à la magie du rayonnement.

Les maires ruraux de France :

 -       Exigent des lois de finances l’égalité de traitement des habitants où qu’ils habitent ;

 -       Affirment le dogmatisme des lois «MAPTAM» et «NOTRe», qui accentue les déséquilibres territoriaux sous couvert de structuration territoriale ;

 -       demandent l’abandon de cette vision erronée de l’aménagement du territoire et l’instauration d’un dialogue bienveillant et co-constuit entre rural et urbain ;

 -       Une nouvelle répartition plus équitable des sièges dans les exécutifs pour les communes rurales dans les nouvelles intercommunalités ;

 -       Demandent aux candidats à l’élection présidentielle de faire connaître leurs positions sur cette question majeure de l’équilibre et de l’aménagement des  territoires, aujourd’hui complètement absent du grand débat national.